02. Artistes

Johannes Kahrs

retour à la liste

Né en 1965 à Bremen (Allemagne) ; vit et travaille à Berlin (Allemagne)

Le traitement pictural particulier qu’applique Johannes Kahrs à des images politiques, religieuses, historiques ou médiatiques intensifie leurs couleurs et affecte leur sens premier. La sensualité qui se dégage de ses peintures, ses œuvres sur papier et ses films, tout comme l’attention presque obsessionnelle que porte l’artiste à certains détails, donnent lieu à des images nouvelles, parfois excitantes et toujours instables.

Johannes Kahrs a exposé à Parasol (Londres), au macLYON, à la Kunstverein de Munich, au SMAK (Gand), à la Hayward Gallery (Londres), au Centre Pompidou (Paris) et au Museum Kunst Palast (Düsseldorf).

Avec le soutien de l’Institut für Auslandsbeziehungen e.V. (Ifa), Stuttgart.

© DR


Oeuvres


La vie moderne

Feed my soul, Création Biennale 2015

Réparties en deux salles, les oeuvres de Johannes Kahrs se répondent par leur technique comme par leur sujet : sa sélection de photographies numérisées et encadrées est montrée à Lyon pour la première fois. Le cinéaste Russ Meyer, dans une interview à propos de ses films, déclara: « Je fais en sorte que mes gens saignent en couleurs – le Noir saigne en blanc, le lâche en jaune, l’envieux saigne vert, le gay en lavande et M. Porterbuilt, le lourd, saigne en rouge, parce qu’il est le seul hétéro dans le tas ». Ce à quoi Kahrs répond : « c’est la construction d’images et de réalités qui m’intéresse ». Kahrs associe images de Kadhafi, de célébrités droguées et d’anonymes en une immense séquence à la fois conceptuelle et picturale. Si l’on reconnaît aisément certaines de ces images ou leurs sujets – Amy Winehouse, Bill Cosby, etc. – le casting de film noir et les moments de violence implicite qui imprègnent les compositions de Kahrs contribuent à déséquilibrer le rapport d’intimité superficielle que nous entretenons avec leur objet apparent. En rappelant encore et toujours qu’une image ne veut pas nécessairement dire ce qu’elle représente, Kahrs tente de ramener à la surface picturale de ses peintures ce que la culture populaire cherche soigneusement à cacher, tout en exploitant la capacité de la peinture à provoquer des réponses viscérales.

Courtesy Zeno X Gallery, Anvers

Untitled (white hand spider), 2015
Huile sur toile, 95,4 x 62,3 cm
Courtesy Zeno X Gallery, Anvers

Untitled (on the balcony), 2012-2013
Huile sur toile, 100,3 x 168,5 cm
Courtesy Zeno X Gallery, Anvers

Untitled (amy), 2015
Huile sur toile, 67,2 x 78,2 cm
Courtesy Zeno X Gallery, Anvers

Untitled (justin), 2015
Huile sur toile, 70,5 x 85,2 cm
Courtesy Zeno X Gallery, Anvers

Untitled (monkey man), 2015
Huile sur toile, 178,3 x 109,3 cm
Courtesy Zeno X Gallery, Anvers

Untitled (radisson), 2014
Création Biennale 2015
Huile sur toile, 186 x 107,5 cm
Courtesy Zeno X Gallery, Anvers

Untitled (bill), 2015
Huile sur toile, 113,5 x 159,5 cm
Courtesy Zeno X Gallery, Anvers

Ot (hand mirror), 2014
Création Biennale 2015
Huile sur toile, 63,5 x 54 cm

Untitled self portrait with cigarette, 2015
Huile sur toile, 51 x 39 cm
Courtesy Zeno X Gallery, Anvers

Lieu : Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)

Comment y aller

La vie moderne

Untitled (monkey man), 2015

Courtesy Zeno X Gallery, Anvers

Lieu : Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)

Comment y aller



Galerie
Johannes Kahrs 4 photos
1/0

© Blaise Adilon

Johannes Kahrs
Feed my soul - Création Biennale 2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)
2/0

© Blaise Adilon

Johannes Kahrs
Feed my soul - Création Biennale 2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)
3/0

© Blaise Adilon

Johannes Kahrs
Untitled (monkey man) - 2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)
4/0

© Blaise Adilon

Johannes Kahrs
Untitled (amy) - 2015
La vie moderne | Le Musée d'art contemporain de Lyon (macLYON)