02. Artistes

Marinella Senatore

retour à la liste

Née en 1977 à Cava dei Tirreni (Italie) ; vit et travaille entre Paris (France) et Londres (Royaume-Uni)

La pratique artistique de Marinella Senatore se caractérise par la participation du public. Partout où elle est invitée, l’artiste convoque des communautés entières (jusqu’à 20?000 personnes pour Rosas en 2012) et leur fait écrire des scénaris qui sont ensuite joués à l’aide des techniques cinématographiques les plus pointues afin de souligner la puissance créatrice de la foule et d’engager un dialogue entre l’histoire orale, la culture et les structures sociales.

Marinella Senatore, qui collabore pour l’édition 2015 avec la plateforme Veduta, a récemment exposé ses œuvres au Castello di Rivoli (Turin), à la Kunsthalle (Saint-Gall) et au Museum of Contemporary Art (Santa Barbara).

Avec le soutien de l’Institut Culturel Italien de Lyon,et l’aimable participation de Tim Douet, photographe.

Dans le cadre de sa résidence à Vaulx-en-Velin et Saint-Cyr-au-Mont-d’Or, l’artiste Marinella Senatore a créé la chanson La vie moderne.
Écouter

Auteurs : Kamer Boy / Djack Turbulence / Tracy D/ Ruddy Moradel 
Interprêtes :Vanessa Bonazzi / Kamer Boy / Djack Turbulence /Tracy D
Compositeurs : Hakim Lillouche /Ruddy Moradel 
Enregistré par Weeding au Black Room Studio - Venissieux, par Thomas à Altho Studio - Lyon
Son mixé et masterisé par Steve Francis au STUSH MUSIC STUDIO - New York


Oeuvres


La vie moderne

The Word Community Feels Good, Création Biennale 2015

En résidence avec la plateforme Veduta, Marinella Senatore s’est intéressé, dit-elle, «à l’histoire de Lyon depuis le point de vue de ses habitants». L’artiste a ainsi collaboré avec des groupes sociaux très différents, des banlieues prospères aux cités ouvrières de l’agglomération. En impliquant associations et particuliers, fanfares et chanteurs d’opéra, groupes de rap et amateurs, Marinella Senatore a créé un hymne à la « vie moderne », une «chanson officielle de la Biennale», qui est jouée tout au long de la manifestation. Elle organise ce qu’elle nomme des «performances inattendues» avec des conservatoires de musique et de danse, des musiciens amateurs, des retraités et autres citoyens pour créer des événements dans des supermarchés, des boutiques de quartier et dans la rue. Marinella Senatore «ouvre» la Biennale, au moment des discours officiels, avec une chorale composée de personnes malvoyantes, toutes membres de l’association Valentin Haüy qui interprètent Les Canuts, une chanson écrite en 1894 par Aristide Bruant à propos de la fameuse révolte des Canuts à Lyon en 1831, l’une des premières insurrections sociales à l’époque de la révolution industrielle. Comme un hommage à ses collaborateurs, Marinella Senatore présente également deux photographies qui représentent, en taille réelle, les membres des différents groupes avec lesquels elle a travaillé: le choeur d’une part, et les deux groupes de «lecteurs» issus à la fois de Saint-Cyr-au-Mont-d’or et de Vaulx-en-Velin, à proximité d’étagères remplies des livres qu’ils ont eux-mêmes choisi de lire à haute voix dans les espaces de la Sucrière. Tout au long de la Biennale, des groupes de lecteurs lisent des extraits de ces livres, en français, italien, japonais, persan, arabe, portugais, créole cambodgien… créant ainsi une véritable tour de Babel dont les enregistrements peuvent également être entendu lorsque le lecteurs sont absents.

Lieu : La Sucrière

Comment y aller



Galerie
Marinella Senatore 3 photos
1/0

© Blaise Adilon

Marinella Senatore
The Word Community Feels Good - Création Biennale 2015
La vie moderne | La Sucrière
2/0

© Blaise Adilon

Marinella Senatore
The Word Community Feels Good - Création Biennale 2015
La vie moderne | La Sucrière
3/0

© Blaise Adilon

Marinella Senatore
The Word Community Feels Good - Création Biennale 2015
La vie moderne | La Sucrière