Céleste Boursier-Mougenot

Portrait

Né en 1961 à Nice (France), vit et travaille à Sète (France)

 

clinamen V4, 2017

Des oiseaux perchés sur la corde d’une guitare, des gouttes d’eau sur un tambour… Toute l’œuvre de Céleste Boursier-Mougenot se concentre sur l’ouïe – sur ce qu’il qualifie de « formes sonores vivantes » et mouvantes, qui sont autant de dispositifs générant des potentialités musicales souvent ténues (une fragilité inhérente aux processus aléatoires de la vie) mais toujours captivantes. La musique et le son sont les matériaux essentiels de son art, car de chaque objet, Céleste Boursier-Mougenot en expérimente un potentiel musical, se plaçant à l’intersection de la musique expérimentale et des arts plastiques, tels John Cage ou La Monte Young. Au cen­tre du Radôme de Fuller, Céleste Boursier-Mougenot présente clinamen v4 : « Dans un bassin à demi rempli d’eau, flottent et se déplacent une quarantaine de bols. Une pompe à eau immergée produit un léger courant diamétral, sous l’action duquel les objets dérivent et s’entrechoquent délicatement, produisant des sons au gré de leurs rencontres. La température de l’eau est maintenue à environ 30 degrés Celsius, par un système de résistances chauffantes, afin de favoriser la réso­nance des objets. Chacun de ces objets a été choisi pour sa sonorité unique, pour la note qu’il produit lorsqu’on le fait tinter » (Céleste Boursier-Mougenot). Dans la physique épicurienne, le clinamen est un écart, une déviation (littéralement une déclinaison) spontanée des atomes par rapport à leur chute dans le vide, qui permet aux atomes de s’entrechoquer.

Réalisé avec le soutien du Groupe HASAP, partenaire officiel de la 14e Biennale de Lyon et le concours de Serge Ferrari

 

© Blaise Adilon

 

INSCRIVEZ-VOUS !

Abonnez-vous à la newsletter et restez connecté à la Biennale