Christodoulos Panayiotou

Portrait

Né en 1979 à Limassol (Chypre), vit et travaille entre Limassol (Chypre) et Paris (France)

Christodoulos Panayiotou transforme le monde en un théâtre au sein duquel se jouent les mythes qui nous unissent. D’une énigme à l’autre, ses œuvres révèlent les histoires cachées du monde, comme une archéol­ogie contemporaine dont le rôle serait non plus de raconter l’Histoire mais de la reformuler. En prenant souvent Chypre comme toile de fond et point de départ, Christodoulos Panayiotou chorégraphie une histoire sans cesse réinventée et explore la manière dont de sim­ples gestes peuvent agir tels des contrepoints subversifs aux récits nationalistes et homogènes.

 

Common Denominator, 2017

Pour la Biennale, l’artiste présente Common Denominator, étrange mono­chrome de papier dont la couleur provient de billets de banque démonétisés. Véritable métaphore de la perte de la valeur du travail, son œuvre ne cherche pas à détruire ou à abandonner mais plutôt à déplacer l’intérêt sur la valeur de l’art. Christodoulos Panayiotou met ainsi en avant la fragilité d’une de nos croyances les plus fortes, selon laquelle l’échange et le commerce seraient l’un des piliers de notre société. 

Collection Nicoletta Fiorucci, Londres

Courtesy de l’artiste et kamel mennour, Paris/Londres

 

Untitled, 2016

Pour la Biennale, l’artiste présente Untitled, série composée de pulp paintings, étranges monochromes de papier dont les couleurs proviennent de billets de banque démonétisés. Véritable métaphore de la perte de la valeur du travail, son oeuvre ne cherche pas à détruire ou à abandonner mais plutôt à déplacer l’intérêt sur la valeur de l’art. Christodoulos Panayiotou met ainsi en avant la fragilité d’une de nos croyances les plus fortes, selon laquelle l’échange et le commerce seraient l’un des piliers de notre société.

Avec le soutien de la galerie kamel mennour, Paris

Collection Nicoletta Fiorucci, Londres

 

Photo: Åsa Lundén/Moderna Museet

 

INSCRIVEZ-VOUS !

Abonnez-vous à la newsletter et restez connecté à la Biennale