Jorinde Voigt

Portrait

Née en 1977 à Francfort-sur-le-Main (Allemagne), vit et travaille à Berlin (Allemagne)

Dessins et collages grand format, lignes et écriture, encre, aquarelle et feuille d’or traversent les oeuvres de Jorinde Voigt. Les oeuvres de l’artiste développent une grammaire visuelle où pensées, données scientifiques, phénomènes météorologiques ou encore vitesse s’entremêlent. Si Jorinde Voigt a longuement exploré le médium photographique en ayant la sensation de rester à la surface de l’image, c’est avec le dessin qu’elle cherche à rendre visible le processus de création. En faisant disparaître les frontières entre science et art, l’artiste analyse les structures des motifs culturels et des phénomènes naturels les plus divers, afin de représenter le monde par ses paramètres cachés et révéler la simultanéité des possibilités.
Pour la Biennale de Lyon, l’artiste présente les derniers chapitres de son oeuvre Song of the Earth qui mêle art visuel et musique. Les dessins créés pour Song of the Earth, inspirés par la symphonie éponyme de Gustav Mahler, révèlent la direction de la rotation de la Terre ou encore le nombre de rotations par jour. Son oeuvre devient une transcription musicale pour les performers qui ont toute liberté d’interpréter cette partition et peuvent ainsi ouvrir la performance au hasard, à l’improvisation et aux structures rythmiques créatives.

 

Song of the Earth. Chapter I: Radical Relaxation (I) bis (VII), (Stress + Freiheit), Sloterdijk / Rousseau, 2016

The Shift I-VII, WV2016-107 to 114, 2017

The Blue Shift, WV 2017-136 to 17, 2017

Jorinde Voigt conçoit ses calligraphies de grand format comme des partitions, dont certaines sont destinées à être interprétées par des musiciens. Elle préfère en effet parler d’écriture plutôt que de dessin, désignant ainsi la proximité entre sa pratique et celle de la nota­tion musicale. Les trajectoires et les ondulations de ses tracés, comme les coordonnées de ses inscriptions, sont des traductions graphiques de plusieurs référents hétérogènes : algorithmes, rotations ou déplacements de corps célestes. Le chaos du monde traverse l’œuvre de Jorinde Voigt, qui achève actuellement les derniers chapitres de sa pièce symphonique Song of the Earth, inspirée par Das Lied von der Erde de Gustav Mahler. Flux, phénomènes météorologiques, mouvement de la Terre : ses écritures sont à la fois le sismographe et la révélation d’un monde dont elle souligne les forces, les rythmes cachés et la beauté.

Avec le soutien de la Galerie Koenig, Berlin

 

©Joerg Alexander Reichardt 

 

INSCRIVEZ-VOUS !

Abonnez-vous à la newsletter et restez connecté à la Biennale