Lucio Fontana

Portrait

Né en 1899 à Rosario (Argentine), décédé en 1968

 

Concetto spaziale, La fine di Dio (63-FD.17), 1963

Lucio Fontana, l’un des premiers artistes abstraits italiens, a produit dès les années 1930 une œuvre picturale et conceptuelle qui s’est régulièrement renouvelée. Ses expérimentations avec la céramique ont donné plusieurs ensembles de sculptures figuratives, dans lesquelles priment la couleur et la lumière, éclatantes et sensuelles. Dans ses toiles monochromes, qu’il troue, fend et maltraite, il cherche à développer « un art fondé sur l’unité du temps et de l’espace ». Son geste perforateur et les textes qu’il rédige alors initient le spatialisme, un mouvement dans lequel s’inscrivent la plupart de ce qu’il nomme ses Concetti Spaziale (Concepts Spatiaux). Outre deux peintures, la Biennale montre également l’Ambiente Spaziale (1949), première œuvre acquise par le Musée d’art contemporain de Lyon à sa création en 1984 : un espace noir, sans directive, sans mode d’emploi. Dans l’Ambiente Spaziale se trouvent des petits points jaunes qui n’ont aucune justification précise et indiquent simplement les trois dimensions de l’espace, la quatrième étant le visiteur, dans le noir, seul face aux décisions à prendre…

Collection Centre Pompidou, Paris - Musée national d’art moderne

 

Ambiente Spaziale, 1967

Concetto Spaziale (50-B.1), 1950

Sculpteur, peintre, céramiste et théoricien italien, Lucio Fontana est l’un des premiers artistes abstraits italiens et le fondateur du Spatialisme. Ambiente Spaziale (1949) est la première oeuvre acquise par le Musée d’art con­temporain de Lyon à sa création en 1984. L’œuvre fut créée à la Galleria Del Deposito à Gênes le 3 octobre 1967, entre 11h et 16h. Sur les trois Ambiante Spaziale réalisées par Fontana un an avant son décès et qui représentent l’aboutissement de toute son œuvre, projet formulé en 1965 d’« ouvrir l’espace, de créer une nouvelle dimen­sion pour l’art, être relié au cosmos qui s’étend à l’infini au-delà du plan limité du tableau », cette œuvre est la seule à avoir été conservée. Espace noir, sans direc­tive ni mode d’emploi, la pièce se révèle simplement à travers des petits points jaunes qui n’ont aucune jus­tification précise sauf à indiquer les trois dimensions de l’espace, la quatrième étant le temps passé par le visiteur, dans le noir, seul face aux décisions à prendre… Quinze ans avant l’Ambiente Spaziale, Fontana perfore la toile de Concetto Spaziale (50-B.1) (Concept spatial), produisant une juxtaposition de trous qui souligne ainsi la matérialité du support, sa texture, son épaisseur. « La toile n’est plus support, mais illusion », écrit Fontana, donnant ainsi naissance au Spatialisme.

Collection macLYON

 Collection Centre Pompidou, Paris - Musée national d’art moderne

 

©Fondazione Lucio Fontana

 

INSCRIVEZ-VOUS !

Abonnez-vous à la newsletter et restez connecté à la Biennale