Malin Bülow

Née en 1979 à Jönköping (Suède), vit et travaille à Oslo (Norvège)

Le travail de Malin Bülow se développe à travers deux composantes principales : élasticité et fluidité. Toujours réalisées in situ, ses installations en matériaux souples, mais qui semblent rigides, s’étirent en sculptures monumentales qui mettent en tension l’architecture du lieu dans laquelle elles s’inscrivent et la représentation figée des corps dans la sculpture classique. « Activées » par des danseurs à l’intérieur de membranes textiles qui les dissimulent, les entravent et agissent comme des extensions de leur peau, les sculptures élastiques de Malin Bülow deviennent des natures mortes performées, des compositions changeantes de manière quasi imperceptible du fait de la lenteur de leurs mouvements. Tels des cordons ombilicaux géants, ces grandes sculptures étendent leurs limites jusqu’à se fondre dans l’architecture qui les accueille et inversement. Cette équivoque autour du corps, de ses frontières et de ses normes est au cœur du travail de l’artiste, qui, pour la Biennale, joue également de l’ambiguïté entre le vivant et le non-vivant en intégrant parfois des objets sculpturaux à la place des corps dans son installation.

Avec le soutien de l’Ambassade Royale de Norvège, de l’Office for Contemporary Art Norway (OCA) et avec l’aimable collaboration du Conservatoire national supérieur musique et danse de Lyon.

Remerciements : Anli Adel Ahmadi, Sara Andrieu, Enzo Blond, Raul Calin, Louise Carriere, Bastien Charmette, Titouan Crozier, Vladimir Duparc, Léa Ferec-Pourias, Thomas Fontain, Mio Fusho, Margot Guiguet, Axel Poulsen, Jade Sarette, Hugo Thabaret, Mélissande Tonolo

Malin Bülow, Elastic Bonding (détail), 2019. Courtesy de l’artiste [of the artist]. © Blaise Adilon