Victor Yudaev

Né en 1984 à Moscou (Russie), vit et travaille à Marseille (France)

Victor Yudaev conçoit ses installations comme un réseau de phrases déployées dans l’espace. Ses sculptures, réalisées à partir d’une bibliothèque d’objets et d’images, se succèdent et se superposent tel un système de mots et de ponctuations. Assemblages, collages fragmentés et dédales dépliés ne sont que la surface des expériences vécues et imaginées par l’artiste. Dans les usines Fagor, différents objets aux échelles multiples unissent dans un jeu d’enchâssement le travail ouvrier et l’atelier de l’artiste. Les protagonistes de ce poème à arpenter fument, volent, marchent et prolifèrent. Ce jardin fantasmagorique se construit dans l’espace à la manière du voyage intérieur de Fernando Pessoa, que l’on croise d’ailleurs assis au bord du Tage ou de la rivière de son village. Tel le jeu des regards dans Les Ménines de Velázquez, le visiteur se trouve pris dans une construction complexe, aux multiples points de vue. Ce grand récit en forme de strophe, où poussent les doutes et les recherches de Victor Yudaev, invite à la dérive et au voyage de l’esprit.

Avec l’aimable collaboration de Moly-Sabata

Victor Yudaev, Hélène et Homer; Hanrahan, l’oeil à l’oeil, la queue d’un chien et plus humble vers (détail), 2019. Courtesy de l’artiste, de la Biennale de Lyon 2019 [of the artist, the 2019 Lyon Biennale]. © Blaise Adilon